Il faut que pareils aux prêtres de l’A.T., nous portions sur notre poitrine l’éphod sur lequel seront inscrits les noms des enfants d’Israël.

 

 

 

 

 

 

 

III. Le rôle de la prière dans la vie du pasteur : (prière privée).

CE QUI DOIT DISTINGUER UN PASTEUR DES AUTRES HOMMES : C’est qu’il est avant tout un homme de prière, il doit prier sans cesse.

Il vit dans une atmosphère de supplication continuelle, il ne peut manger et boire, se reposer, se livrer au sommeil, ouvrir les yeux à la lumière du jour, sans éprouver de saintes ambitions et se sentir saisi d’une sorte d’anxiété grave, en songeant aux responsabilités de son ministère.

Plus qu’un autre, il a besoin de prier à cause des tentations spéciales auxquelles il est exposé sans cesse, des difficultés particulières qu’il rencontre sur sa route et des devoirs d’un ministre dont les obligations sont plus hautes que celles de toute autre vocation.


La prière sera pour vous une aide précieuse

1) Quand vous préparez votre sermon, si vous avez appris à méditer à genoux, vous ferez du bon ouvrage et votre discours sera éloquent. La prière fera surgir devant vous des sujets variés, vous aidera à en choisir un et projettera sur eux un jet de lumière.

Il y a des textes dont les trésors restent scellés jusqu’au moment où nous faisons tourner la clef de la prière. Les commentaires nous sont fort utiles, mais Dieu lui-même l’est bien davantage lorsque nous le consultons directement.

 

2) Quand vous prêchez votre sermon : Si au moment où nous l’avons préparé, des sources nouvelles de pensées ont jailli sous l’action de la prière, il en sera de même au moment où nous le prononcerons. Les idées les plus riches et les plus originales d’un discours ne sont pas toujours celles que l’on a recueillies à l’avance, mais celles que nous rencontrons en chemin et qui volent pour ainsi dire à notre secours.

 

3) Quand le sermon a été prononcé ; comment un prédicateur consciencieux pourra-t-il donner essor aux sentiments de son âme, autrement qu’en priant pour ceux à qui il vient d’adresser son message? S’il est attristé par la crainte d’avoir mal prêché, qui pourra mieux le réconforter sinon le fait de faire monter vers Dieu sa plainte découragée.

Que de fois ne nous est-il pas arrivé de nous retourner sur notre couche pendant une nuit presque entière en songeant aux faiblesses de notre prédication ? Que de fois nous n’avons pas eu comme un désir fou de remonter en courant dans notre chaire, pour redire avec chaleur communicative, ce que nous avions articulé avec tant de froideur !

 

4) En dehors des sermons : Les sujets de prière ne manquent pas, les visites que vous recevez, les âmes souffrantes, les malades, les inconvertis, les personnes travaillées dans leur conscience, les esprits découragés, ceux qui sont retournés en arrière, les larmes des veuves et des orphelins. Il faut que pareils aux prêtres de l’A.T., nous portions sur notre poitrine l’éphod sur lequel seront inscrits les noms des enfants d’Israël.

 

IV. Le rôle de la prière dans la vie du pasteur : (prière public).

 IL Y A DEUX MODES D’ORAISONS EN USAGE DANS LE CULTE : La prière liturgique, la prière d’abondance. La prière du cœur est sans contredit la plus scripturaire et la meilleure. Dans les assemblées des premiers chrétiens, la prière n’avait aucune forme préparée à l’avance.

Tertullien dit à ce propos : « Nous prions sans que personne nous suggère ce que nous avons à dire ; nous prions du fond de notre cœur », et Justin (martyr) déclare que « L’Ancien qui présidait le culte, priait selon la puissance qui lui était donnée ».

Il n’est pas possible de déterminer l’époque à laquelle les liturgies ont fait leur apparition, car elles se sont introduites dans le culte d’une manière graduelle, à mesure que la foi des premiers jours a été en s’affaiblissant. Quand nous prions en public, notre être tout entier doit s’élever et monter vers Dieu, pendant que l’Esprit-Saint nous fait sentir sa douce influence. Tout ce qui ressemble à de la négligence, à de l’inconscience, à de la froideur, la préoccupation de parler dans la prière plus ou moins longtemps, dans le seul but de remplir un espace vide, est une fatigue pour l’auditeur et une abomination aux yeux de Dieu.


COMMENT PRIER :

1) Prions avec sérieux et de tout notre cœur. Il n’y a rien de pire que la prière consciente pour dégoûter les gens du culte.Soyez en priant tout à votre affaire et efforcez-vous d’entraîner à votre suite, comme par une attraction divine jusqu’au trône de Dieu, en vous faisant l’organe de tous ces cœurs, qui battent à l’unisson et sont pleins d’une ferveur céleste.

2) Évitons d’avoir trop en vue, l’auditoire et ne prions point dans le but de lui plaire.

3) Gardons-nous en priant, de faire des dissertations, sur la prière. A chaque chose sa place : à l’heure du sermon, prêchons, mais à celle de la prière, prions, prions réellement. Gardons-nous de faire de la prière une forme de sermon indirect ; les belles prières sont souvent de mauvaises prières.

4) Quand nous sommes en présence de l’Eternel, il ne nous sied pas d’ornements de notre style, pour attirer des applaudissements.

5) Nos prières doivent avoir Dieu directement pour objet et nous ne devons songer à nos auditeurs, que pour nous faire les interprètes de leurs besoins spirituels et de les déposer aux pieds du Seigneur.

6) Il arrive parfois, que des gens peu cultivés se laissent aller à dire des choses qui choquent les oreilles ; il suffit souvent en pareil cas, d’un petit avertissement amical donné à propos, pour prévenir le retour de ces images risquées.

7) Evitez la répétition fastidieuse d’un trop grand nombre de termes expliquant l’idée de supplication. Lorsqu’on entend revenir souvent : Seigneur, cher Seigneur, cela fait tache. Une pareille habitude est une violation du Commandement du Seigneur, interdisant de prendre le nom du Seigneur en vain et nous ne devons jamais le prononcer dans le but de suppléer aux mots qui nous manquent.

8) Ne priez pas trop longuement : Si vous priez avec ferveur, soyez court, parce que ceux qui vous entendent sont incapables de vous suivre longtemps, sur les hauteurs d’une spiritualité aussi élevée et si votre prière est froide, soyez court également, de peur de fatiguer ceux qui vous écoutent. Les longues prières, pleines d’explications oiseuses au sujet de ce que Dieu demande ou n’exige pas, dégénèrent souvent en sermons indirects à cette seule différence près, que le pasteur a d’habitude les yeux fermés en priant, tandis qu’il les ouvre quand il prêche.

9) Il n’est pas nécessaire dans les prières, de citer des textes de l’Ecriture Sainte, de faire intervenir Job, St Paul, St Pierre et de prolonger notre oraison, jusqu’au moment où chacun est impatient d’entendre l’amen final.

10) Ce qui produit aussi un fâcheux effet, c’est d’avoir l’air de finir, alors qu’on prend un élan pendant cinq nouvelles minutes; il n’y a rien de plus maladroit et de plus déplaisant, qu’une telle manière d’agir.

11) Fuyez aussi la tentation qui consiste, à produire en priant par des procédés artificiels, une explosion de ferveur dans l’Assemblée, ne vous efforcez pas de paraître plein d’onction et si vous êtes froid et mal disposé, dites-le au Seigneur, en lui demandant une mesure nouvelle de vie, vouloir simuler un divin enthousiasme, est le pire de tous les mensonges.

12) Préparez vos prières: Il ne faut pas sans doute les écrire et les apprendre par coeur, mais il y a une autre manière de les préparer, c’est de se pénétrer à l’avance du caractère solennel de cet acte, méditer sur les besoins de l’âme humaine et se mettre en mémoire les promesses de Dieu. Cela vaut mieux en tout cas, que de paraître en sa présence comme au hasard et de nous précipiter au petit bonheur devant son trône.

En résumé, que nos prières soient sincères, ferventes, simples et senties, de telle sorte que si vos auditeurs étaient tentés de se plaindre de votre sermon, en trouvant qu’il n’était pas à la hauteur ordinaire, ils puissent se dire que votre prière a rétabli l’équilibre et compensé les lacunes de votre discours.

 

Charles Spurgeon

 À suivre...

 

 

list arrow  Livre : « Le secret d'un ministère fécond ! »

Vous pouvez télécharger le livre en fichier PDF ici !