Découvrir le livre écrit et édité par bible-foi.com

« Un coup d'éclat de Dieu dans notre vie ! »

livre

Lorsqu'une vie chrétienne se repose sur des traditions établies par l'homme, fussent-elles doctrinalement justes, elle devient religion. Elle devient alors un obstacle à l’œuvre du Seigneur Jésus-Christ. Certaines promesses de Dieu peuvent alors devenir inaccessibles aux chrétiens. Il nous faut alors, une intervention Divine, pour décanter la situation et apporter la véritable délivrance ... par Sa lumière. Dans le contexte de la conversion de Paul, la pensée du Seigneur se pose dans le cadre d’un appel du Christ à considérer nos voies, à «...veillez attentivement sur vos âmes », et à souhaiter une intervention miraculeuse de Dieu dans nos vies. Avons-nous conscience, qu’il se trouve un « Saul de Tarse » en chaque chrétien, qui fait obstacle à l’œuvre de Dieu de par sa nature ?

tick    Télécharger le livre en fichier PDF gratuitement !

tick  Livre papier disponible en format : 14 x 21 x 0.8 cm - 116 pages - ISBN : 978-0-244-68593-5.

 

Livre bible-foi.com

 

 

 

 

 

Parmi les paroles célèbres des pères de l'Église, aucune n'est mieux connue que celle d'Augustin : «Tu nous as formés pour Toi, et nos cœurs sont agités jusqu'à ce qu'ils trouvent du repos en toi. « Ayant donc, frères, l'audace d'entrer dans le lieu saint par le sang de Jésus (Hébreux 10:19). »

 

Le grand saint déclare ici en quelques mots l'origine et l'histoire intérieure de la race humaine. Dieu nous a faits pour lui. Si une éducation défectueuse et un raisonnement pervers conduisent un homme à conclure autrement, il y a peu de choses qu'un chrétien puisse faire pour lui. Pour un tel homme, je n'ai pas de message. Mon appel s'adresse à ceux qui ont été précédemment enseignés en secret par la sagesse de Dieu; Je parle aux cœurs assoiffés dont les désirs ont été éveillés par le contact avec Dieu, et qui n'ont besoin d'aucune preuve car leurs cœurs agités leurs fournissent toutes les preuves dont ils ont besoin. Dieu nous a formés pour Lui. Le Catéchisme pose la question et explique pourquoi en une phrase courte:

Question: Quelle est le but principal de l'homme ?
Réponse: Le but principal de l'homme est de glorifier Dieu et de l'aimer pour toujours.

Les quatre-vingt anciens qui tombent sur leurs faces pour adorer Celui qui vit aux siècles des siècles, disent : « Tu es digne, Seigneur, de recevoir gloire, honneur et puissance, car tu as créé toutes choses, pour ton plaisir ils sont et ont été créés. »

 

La rébellion de satan et de ses hôtes

Dieu nous a formés pour Son plaisir, et nous a ainsi formés pour que, dans la communion divine, nous puissions jouir du doux et mystérieux mélange de Sa personnalités. Il voulait que nous le voyions et vivions avec Lui et tirions notre vie de Son sourire. Mais nous avons été coupables de cette « révolte fétide » dont parle Milton en décrivant la rébellion de satan et de ses hôtes. Nous avons rompu avec Dieu. Nous avons cessé de lui obéir ou de l'aimer et, dans la culpabilité et la peur, nous avons fui aussi loin que possible de sa présence.

Mais qui peut fuir sa présence quand les cieux ne peuvent le contenir ? Quand la sagesse de Salomon témoigne, « l'Esprit du Seigneur remplit le monde ». L'omniprésence du Seigneur est une chose et un fait solennel nécessaire à sa perfection ; la Présence manifeste est autre chose, et de cette Présence nous avons fui, comme Adam, pour nous cacher derrière les arbres du jardin, ou comme Pierre pour reculer en criant : « Éloigne-toi de moi, car je suis un pécheur, Seigneur. »

Ainsi la vie de l'homme sur la terre est une vie loin de la Présence, arrachée à ce « centre béat » qui est notre lieu d'habitation juste et droit, notre premier état que nous n'avons pas gardé, dont la perte est la cause de notre agitation incessante.

 

Toute l'œuvre de Dieu dans la rédemption est de défaire les effets tragiques de cette révolte infecte, et de nous ramener dans une relation juste et éternelle avec Lui. Cela exige que nos péchés soient éliminés de manière satisfaisante, qu'une réconciliation complète soit effectuée et que la voie soit ouverte pour que nous puissions retourner en communion consciente avec Dieu et revivre dans la Présence comme auparavant.

 

Puis, par son travaille en nous, il nous pousse à revenir vers Lui. Et nous l’écoutons quand nos cœurs agités ressentent un désir ardent pour la Présence de Dieu, et nous disons en nous-mêmes : « Je me lèverai et irai vers mon Père ». C'est le premier pas, et comme l'a dit le sage chinois Lao-tze : « Le voyage de mille lieues commence par un premier pas »

 

Le dernier voile qui a été déchiré

Le voyage intérieur de l'âme du pécheur depuis le désert jusqu’à la présence de Dieu est magnifiquement illustré dans le tabernacle de l'Ancien Testament. Le pécheur de retour est d'abord entré dans la cour extérieure où il a offert un sacrifice de sang sur l'autel d'airain et s'est lavé dans la cuve qui se tenait près d'elle. Puis, à travers un voile, il passa dans le lieu saint où aucune lumière naturelle ne pouvait venir, seulement le chandelier d'or qui signifie Jésus, la lumière du monde qui jeta sa douce lueur sur tout. Il y avait aussi les pains de proposition c’est à dire Jésus : Le pain de vie l'autel de l'encens : Une figure de prière incessante.

Bien que l'adorateur ait beaucoup adoré, il n’est toujours pas encore entré dans la Présence de Dieu. Un autre voile le sépare de la manifestation terrible et glorieuse de Dieu. Seul le souverain sacrificateur y entrait avec le sang qu'il offre pour ses péchés et les péchés du peuple. C'est ce dernier voile qui a été déchiré quand notre Seigneur a abandonné l'esprit au calvaire, et les écritures saintes expliquent que cette déchirure du voile a ouvert la voie à tout adorateur du monde.

 

Tout dans le Nouveau Testament s'accorde avec cette image de l'Ancien Testament. Les hommes rachetés n'ont plus besoin de s'arrêter dans la peur pour entrer dans le Saint des Saints. Dieu veut que nous soyons poussés dans Sa Présence et y vivons toute notre vie. C'est plus qu'une doctrine à tenir, c'est un mode de vie à savourer chaque instant de chaque jour. Cette flamme de la Présence était le cœur battant de l'ordre lévitique. Sans cela tous les rendez-vous du tabernacle étaient sans valeurs ; ils n'avaient aucun sens pour Israël ou pour nous.

 

Le plus grand fait du tabernacle était que Jéhovah était là ; une présence attendait derrière le voile. De même, la présence de Dieu est le fait central du christianisme. Au cœur du message chrétien, Dieu attend lui -même que ses enfants rachetés viennent consciemment en sa présence. Le christianisme d’aujourd’hui ne connaît cette présence qu'en théorie. Selon ses enseignements, nous sommes positionnés devant Dieu, et rien n'est dit sur le besoin de faire l'expérience de cette présence en réalité. Le désire brulant qui a conduit des hommes comme Mc Cheyne est complètement absent. Le contentement ignoble prend la place du zèle brûlant. Nous sommes satisfaits de nous reposer dans nos possessions judiciaires et, pour la plupart, nous nous préoccupons très peu de l'absence d'expérience personnelle.

 

Un Dieu dans la Trinité

Qui est-ce dans le voile ? Qui habite dans les manifestations ardentes ? Il n'est autre que Dieu Lui-même, « Dieu le Père Tout-Puissant, créateur des cieux et de la terre, de toutes choses visibles et invisibles » et « un seul Seigneur Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, engendré de son Père, lumière de lumière, engendré, non créé, étant d'une seule substance avec le Père », et « le Saint-Esprit, le Seigneur et donneur de vie, qui procède du Père et du Fils, qui avec le Père et le Fils ensemble est adoré et glorifié. »

Pourtant, cette Sainte Trinité est un Dieu, car nous adorons un Dieu dans la Trinité, et la Trinité dans l'unité, sans confondre les personnes, ni diviser la substance, car il y a une personne du Père, une autre du Fils, et une autre du Saint-Esprit, mais la Divinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit, est un : La gloire égale et la majesté coéternelle.

Derrière le voile se trouve Dieu, il s'est découvert dans une certaine mesure dans la nature, mais plus parfaitement dans l'incarnation ; maintenant il attend de se montrer dans une plénitude ravissante aux humbles et aux cœurs purs. Le monde périt par manque de connaissance de Dieu et l'Église est affamée par le manque de sa présence. Ou se trouve ce Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ. Il est éternel, ce qui signifie qu'Il est antérieur au temps et qu'il en est totalement indépendant.

Le temps a commencé en lui et finira en lui. Il n'y paie aucun tribut et il n'en souffre aucun changement. Il est immuable, ce qui signifie qu'Il n'a jamais changé et ne peut jamais changer dans la moindre mesure. Pour changer il faudrait aller de mieux en pire ou de pire en mieux. Il ne peut pas devenir plus parfait, et s'il devenait moins parfait il serait moins que Dieu.

Il est omniscient, ce qui signifie qu'Il sait dans un acte libre et sans effort toute matière, tout esprit, toute relation, tout événement. Il n'a pas de passé et il n'a pas d'avenir. Il est, et aucun des termes restrictifs et qualificatifs utilisés des créatures ne peut s'appliquer à Lui. L'amour et la miséricorde et la justice sont à lui, et la sainteté est si ineffable qu'aucune comparaison ou chiffre ne servira à l'exprimer.

 

En feu, il apparut au buisson ardent ; dans la colonne de feu, il a vécu tout le long voyage dans le désert. Le feu qui brillait entre les ailes des chérubins dans le lieu saint était appelé « shekinah », la présence, à travers les années de la gloire d'Israël, et quand l'Ancien avait donné lieu au Nouveau, il était venu à la Pentecôte comme une flamme ardente et reposé sur chaque disciple.

 

Les grands du Royaume

Spinoza a écrit certaine vérité sur l'amour intellectuel de Dieu, mais l'amour le plus élevé de Dieu n'est pas intellectuel, il est spirituel. Dieu est esprit et seul l'esprit de l'homme peut vraiment le connaître. Dans l'esprit profond d'un homme, le feu doit briller ou son amour n'est pas le véritable amour de Dieu. Les grands du Royaume ont été ceux qui ont aimé Dieu plus que les autres. Nous savons tous qui ils ont été et rendons hommage avec joie aux profondeurs et à la sincérité de leur dévouement.

Frédéric Faber était celui dont l'âme haletait pour Dieu, et la mesure dans laquelle Dieu se révélait à son cœur était grande. Il avait une adoration brûlante rivalisant avec celle des séraphins devant le trône. Son amour pour Dieu s'étendait également aux trois personnes de la Divinité, mais il semblait ressentir pour chacun un amour spécial réservé à Lui seul.

Son amour pour la personne du Christ était si intense qu'il menaçait de le consumer ; il brûlait en lui comme une douce et sainte folie et coulait de ses lèvres comme de l'or fondu. Dans un de ses sermons, il dit : « Partout où nous nous tournons vers l'église de Dieu, il y a Jésus, il est le commencement, le milieu et la fin de tout ... Il n'y a rien de bon, rien de saint, rien de beau, rien de joyeux qu'il ne donne pas à ses serviteurs, nul n'a besoin d'être pauvre parce que, s'il le veut, il peut avoir Jésus pour sa propriété et sa possession, personne n'a besoin d'être abattu, car Jésus est la joie du ciel. Nous pouvons exagérer à propos de beaucoup de choses, mais nous ne pouvons jamais exagérer à propos de l’abondance compatissante de l’amour de Jésus pour nous. Nous pourrions parler de Jésus pendant toute notre vie, nous trouverons toujours les choses douces à dire de lui : L'éternité ne sera pas assez longue pour apprendre tout ce qu'il est, ni pour le louer pour tout ce qu'il a fait, mais alors, cela importe peu, car nous serons toujours avec Lui, et nous ne désirons plus rien.

L'amour flamboyant de Fabert s'étendait aussi au Saint-Esprit. Non seulement dans sa théologie, il reconnaissait sa divinité et sa pleine égalité avec le Père et le Fils, mais il le célébrait constamment dans ses chants et dans ses prières.

 

Un privilège ouvert à tous les enfants de Dieu

Les cœurs « aptes à rompre » avec l'amour de la Divinité sont ceux qui ont été dans la présence de Dieu et ont regardé avec un œil ouvert la majesté de la Déité. Les hommes avec des cœurs brisés ont une qualité que les hommes ordinaires ne connaissent pas et ne comprennent pas. Ils parlent habituellement avec autorité spirituelle. Ils savent entrer dans la Présence de Dieu et ils rapportent ce qu'ils ont vu. Ils sont des prophètes et pas des scribes, car le scribe nous dit ce qu'il a lu, et le prophète raconte ce qu'il a vu.

La distinction n'est pas imaginaire entre le scribe qui a lu et le prophète qui a vu. La différence est aussi grande que la mer. Nous sommes aujourd'hui envahis par des scribes orthodoxes, mais les prophètes, où sont-ils ? La voix dure du scribe retentit sur l'évangélisme, mais l'Église assiste à la tendre voix du saint qui a pénétré le voile et à un regard d'un œil les merveilles de Dieu. Et pourtant, pénétrer dans la sainte présence, est un privilège ouvert à tous les enfants de Dieu.

 

Avec le voile enlevé par le déchirement de la chair de Jésus : Pourquoi demeurons-nous dehors ? Pourquoi consentons-nous à vivre tous nos jours justes en dehors du Saint des Saints et n’entrons jamais pour regarder Dieu ? Nous entendons l'Époux dire : « Que je voie ton visage, laisse-moi entendre ta voix, car ta voix est douce et ton visage est doux. » Nous sentons que l'appel est pour nous, mais nous échouons encore à nous rapprocher, et les années passent et nous vieillissons et nous fatiguons dans les cours extérieures du tabernacle. Qu'est-ce qui nous empêche ?

 

Ennemi de vos vies et blocage efficace de votre progrès spirituel

La réponse qui habituellement donnée, que nous sommes « froids », n'expliquera pas tous les faits. Il y a quelque chose de plus sérieux que la froideur du cœur. Qu'est-ce que c'est ?

 

C’est la présence d'un voile dans nos cœurs ! Un voile non enlevé comme le premier voile, mais qui reste là pour éteindre la lumière et nous cacher la face de Dieu. C'est le voile de notre nature charnelle déchue qui continue de vivre, non crucifié et non ressuscité. C'est le voile dont nous avons secrètement honte, et c’est pour cette raison que nous ne l'avons jamais porté au jugement de la croix. Ce n'est pas trop mystérieux, ni difficile à identifier. Nous n'avons qu'à regarder dans nos propres cœurs et nous le verrons là, cousu, réparé mais néanmoins ennemi de nos vies et blocage efficace de notre progrès spirituel.

 

Ce voile n'est pas une belle chose et ce n'est pas une chose dont nous aimons parler, mais je m'adresse aux âmes assoiffées qui sont déterminées à suivre Dieu, et je sais qui ne se détourneront pas parce que le chemin mène temporairement vers un chemin obscur. Ils seront confrontés aux faits cependant désagréables et endureront la croix. Je suis donc heureux de nommer les fils sur lesquels ce voile intérieur est tissé.

 


Il est tissé sur des péchés qui occupent nos pensées. Ce ne sont pas des choses que nous faisons, ce sont des choses qui font partie de nous, et c'est à la fois subtil et puissant.

Pour être plus précis, les péchés personnels sont les suivants : Pharisaïsme, apitoiement sur soi, orgueil, autosuffisance, auto-admiration, vantardise et une foule d'autres comme eux. Ils habitent trop profondément en nous et font trop partie de notre nature pour attirer notre attention jusqu'à ce que la lumière de Dieu soit focalisée sur eux. Les manifestations les plus grossières de ces péchés ; égoïsme, exhibitionnisme, autopromotion, sont étrangement tolérées chez les chefs chrétiens même dans les cercles d'une orthodoxie impeccable.

Ils sont tellement visibles que, pour de nombreuses personnes, ils s'identifient à l'Évangile. Je crois que ce n'est pas une observation cynique de dire qu'ils sont aujourd’hui une condition pour être populaire dans certaines sections de l'Église. L’auto promotion sous prétexte de promouvoir le Christ est actuellement si courante qu'elle suscite peu d'intérêt.

 

Condition pour prospérer et grandir

On devrait supposer qu'une instruction appropriée dans la doctrine de justification par la justice de Christ seul nous délivrerait de la puissance des péchés personnels ; mais ça ne marche pas comme ça.

 

Le « moi » est le voile opaque qui nous cache le visage de Dieu. Il ne peut être enlevé que dans l'expérience spirituelle, jamais par simple instruction. Il doit y avoir une œuvre de Dieu pour sa destruction avant que nous soyons libres. Nous devons inviter la croix à faire son travail mortel en nous. Nous devons amener nos péchés à la croix pour le jugement. Nous devons nous préparer à une épreuve de souffrance dans une certaine mesure comme celle par laquelle notre Sauveur est passé lorsqu'il a souffert sous Ponce Pilate.


Souvenons-nous : Quand nous parlons du déchirement du voile, nous parlons en une figure, et la pensée en est poétique, presque plaisante ; mais en réalité il n'y a rien d'agréable à ce sujet. Dans l'expérience humaine, ce voile est fait de tissu spirituel vivant ; il est composé de la substance sensible et frémissante dont sont constitués tous notre être, et le toucher c'est nous toucher là où nous ressentons la douleur. L'arracher, c'est nous blesser, nous faire du mal et nous faire saigner. Dire le contraire, c'est ne pas mourir du tout. Ce n'est jamais amusant de mourir. Rompre le tissu cher et tendre dont la vie est faite ne peut être que douloureux. Pourtant, c'est ce que la croix a fait à Jésus et c'est ce que la croix ferait à chaque homme pour le libérer.

Dieu doit tout faire pour nous. Notre part est de céder et de faire confiance. Nous devons confesser, abandonner, répudier la vie du « moi », puis la considérer comme crucifiée. Nous devons insister sur le travail accompli.

La croix est mortelle, mais c'est efficace. Il ne garde pas sa victime suspendue là pour toujours. Il arrive un moment où son travail est terminé et la victime souffre et meurt. Après c'est la gloire de la résurrection et le pouvoir, et la douleur est oubliée pour la joie que le voile est enlevé et nous pouvons entrés dans l'expérience spirituelle réelle de la Présence du Dieu vivant.

 

Prière

Seigneur, que tes voies sont excellentes, et que les voies de l'homme sont sournoises et obscures. Montre-nous comment mourir, afin que nous puissions ressusciter à la nouveauté de la vie. Rends le voile de notre vie propre de haut en bas comme tu as déchiré le voile du Temple. Nous approcherions en toute assurance avec foi. Nous demeurerions avec toi dans l'expérience quotidienne ici sur cette terre afin que nous puissions être habitués à la gloire quand nous entrerons dans ton ciel pour y demeurer avec toi.

Au nom de Jésus, Amen.

 

 


 


 

 

 

Commenter cet article !

Une question, une réflexion, un encouragement ?

_____________________________________________________________

Afficher le formulaire de commentaire