Édification Chrétienne

Les podcasts de bible-Foi
Suivez nous

 

 

 

 

 

 

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu (Jean 1:1). » L'une des grandes réalités auxquelles nous devons faire face est la voix de Dieu dans son monde. La cosmogonie la plus brève et la plus satisfaisante est celle-ci : « Il a parlé et cela a été fait ». La cause naturelle est la voix vivante de Dieu immanente à Sa création.

 

Et cette parole de Dieu qui a fait naître tous les mondes ne peut être comprise comme signifiant la Bible, car ce n'est pas un mot écrit ou imprimé du tout, mais l'expression de la volonté de Dieu prononcée dans la structure de toutes choses.

Un homme simple et intelligent, sans connaissance des vérités du christianisme, arrivant sur ce texte, conclurait probablement que Jean voulait enseigner que c'est la nature de Dieu de parler, de communiquer ses pensées aux autres. Et il aurait raison. Un mot est un moyen par lequel les pensées sont exprimées, et l'application du terme au Fils de l’Éternel nous conduit à croire que son expression est inhérente à la Divinité, que Dieu cherche toujours à s'exprimer à sa création. Toute la Bible soutient l'idée que Dieu parle. Il remplit le monde de Sa voix parlante.

Cette parole de Dieu est le souffle de Dieu qui remplit le monde de potentialités vivantes. La voix de Dieu est la force la plus puissante dans la nature, la seule force dans la nature, tout se manifeste seulement parce que la Parole remplie de pouvoir est donnée.

La Bible est la parole écrite de Dieu, et parce qu'elle est écrite, elle est confinée et limitée par les nécessités de l'encre et du papier. La voix de Dieu, cependant, est vivante et libre comme le Dieu souverain est libre. « Les paroles que je vous dis sont esprit et vie ». La vie est dans les mots prononcés à haute voix. La parole de Dieu dans la Bible ne peut avoir de pouvoir que parce qu'elle correspond à la parole de Dieu dans l'univers. C'est la voix qui rend la Parole écrite toute-puissante. Sinon, il serait enfermé dans les couvertures d'un livre.

 

L’histoire de la Genèse, de la création

Nous avons une vision primitive, quand nous imaginons Dieu pendant la création, au moment où il entrait en contact physique avec les choses, façonnait et ajustait et construisait comme un menuisier. La Bible enseigne que : « Les cieux ont été faits par les paroles de l'Éternel, et toute son armée par le souffle de sa bouche ... Car il parlait, et cela se faisait, il commandait, et il restait ferme. » « Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été encadrés par les paroles de Dieu. »

Encore une fois, nous devons nous rappeler que Dieu ne se réfère pas ici à sa Parole écrite, mais à sa voix parlante. Sa voix emplit le monde, cette voix qui précède la Bible par des siècles innombrables, cette voix qui n'a pas été silencieuse depuis l'aube de la création, mais qui retentit encore dans toute l'étendue de l'univers.

La Parole de Dieu est rapide et puissante. Au début, il parlait dans le vide, et c'est devenu quelque chose. Le chaos l'a entendu et est devenu l'ordre, les ténèbres l'ont entendu et sont devenues lumière. « Et Dieu a dit », et « Ainsi soit-il ». Ces deux phrases, en tant que cause et effet, se produisent tout au long de l'histoire de la Genèse de la création.

Dieu n'a pas écrit un livre et l'a envoyé par message pour être lu à distance par des esprits non assistés. Dieu a soufflé sur l'argile qui est devenu un homme ; Il a soufflé sur les hommes qui sont devenus de l'argile.

Nous n'avons pas accordé suffisamment d'attention à cette énonciation profonde dans le livre de Jean, « c'était la vraie lumière, qui allume chaque homme qui vient dans le monde ». Déplacer la ponctuation autour comme nous voulons et la vérité est toujours là : La Parole de Dieu affecte les cœurs de tous les hommes comme la lumière dans l'âme. Dans les cœurs de tous les hommes, la lumière brille, la Parole sonne, et il n'y a pas d'échappatoire.

 

Une réponse spirituelle de Dieu

Cette voix universelle de Dieu était souvent appelée par les anciens Hébreux la Sagesse, et on disait qu'elle sonnait partout sur la terre, cherchant une réponse de la part des fils des hommes. Le huitième chapitre du livre des Proverbes commence ainsi : « La sagesse ne crie-t-elle pas, et l'intelligence fait entendre sa voix ? » L'écrivain décrit alors la sagesse comme une belle femme debout « au sommet des hauts lieux ».

Elle sonne de tous les côtés pour que personne ne manque de l'entendre. « À vous, hommes, j'appelle, et ma voix est aux fils des hommes. Alors elle plaide pour que le simple et l'insensé prêter l'oreille à ses paroles ». C'est une réponse spirituelle pour laquelle cette Sagesse de Dieu plaide, une réponse qu'elle a toujours recherchée et qu'elle est rarement en mesure d'obtenir. La tragédie est que notre bien-être éternel dépend de notre écoute, et nous avons formé nos oreilles à ne pas entendre.

Cette voix universelle a toujours sonné, et elle a souvent troublé les hommes même quand ils ne comprenaient pas la source de leurs peurs. Se pourrait-il que cette voix, distillant comme une brume vivante dans le cœur des hommes, était la cause inconnue de leur conscience troublée.

 

Quand Dieu a parlé du ciel à notre Seigneur Jésus Christ, les hommes égocentriques qui l'ont entendu l'ont expliqué par des causes naturelles : Ils ont dit : « C’est le tonnerre ». Cette habitude d'expliquer la voix par des choses naturels est à la racine même de la science moderne. Dans le ciel, il y a quelque chose de mystérieux, trop merveilleux, trop horrible pour que l'esprit puisse le comprendre. Le croyant ne prétend pas comprendre. Il tombe à genoux et murmure : « Dieu ».

 

Le scientifique s'agenouille aussi, mais pas pour adorer. Il s'agenouille pour examiner, chercher, trouver la cause et le comment des choses. Nous vivons à une époque séculaire. Nos habitudes de pensée sont celles du scientifique, pas celles du fidèle. Nous sommes plus susceptibles d'expliquer que d'adorer. L'ordre et la vie du monde dépendent de cette voix, mais les hommes sont pour la plupart trop occupés ou trop têtus pour écouter.

 

Des expériences inexplicables

Chacun d'entre nous avons eu des expériences que nous n'avons pas pu expliquer, un sentiment d'émerveillement ou de crainte face à l'immensité de l’univers. Ou nous avons eu une visite fugace de la lumière comme une illumination d'un autre soleil, nous donnant rapidement l'assurance que nous venons d'un autre monde, que nos origines sont divines. Ce que nous avons vu là, ou ressenti, ou entendu, peut avoir été contraire à tout ce qui nous avait été enseigné dans les écoles et en large désaccord avec toutes nos anciennes croyances et opinions.

Nous avons été obligés de suspendre nos doutes acquis pendant un moment. Je pense que nous ne serons pas justes, jusqu'à ce que nous autorisions au moins la possibilité que de telles expériences puissent surgir de la présence de Dieu dans le monde ; et Son effort persistant pour communiquer avec l'humanité. Ne rejetons pas une telle hypothèse de manière trop désinvolte.

Les philosophes qui rêvaient leurs grands rêves de vertu, les penseurs religieux qui spéculaient sur Dieu et l'immortalité, les poètes et les artistes qui créaient des choses hors du commun d’une beauté pure et incroyable : Comment pouvons-nous les expliquer ? Il ne suffit pas simplement de dire que « c'était des génies ». La révélation rédemptrice de Dieu dans les Saintes Écritures est nécessaire pour sauver la foi. La foi en un Sauveur ressuscité est nécessaire.

 

La voix de Dieu est une voix amicale. Personne n'a besoin d'avoir peur de l'écouter à moins qu'il ne se soit déjà décidé à y résister. Le sang de Jésus a couvert non seulement la race humaine mais aussi toute la création. « Et ayant fait la paix par le sang de sa croix, par lui pour réconcilier tout sur la terre, et dans le ciel. » Nous pouvons sans risque prêcher un ciel amical. Les cieux aussi bien que la terre sont remplis de la bonne volonté de celui qui a demeuré dans le buisson. Le sang parfait de l'expiation garantit cela pour toujours.

 

Celui qui écoutera entendra le ciel parler. Ce n'est certainement pas la période où les hommes acceptent d'écouter avec plaisir, car écouter n'est pas aujourd'hui l’enseignement le plus populaire dans la religion. La religion a accepté l'hérésie monstrueuse que le bruit, la taille, l'activité et le fanfaron rend un homme agréable à Dieu. Mais nous pouvons prendre courage, Dieu dit : « Reste tranquille, et sache que je suis Dieu », et Il le dit toujours, comme s'il voulait nous dire que notre force et notre sécurité ne reposent pas sur le bruit.

 

Ce que Dieu a dit

Il est important que nous continuions à attendre Dieu. Et il vaut mieux que nous soyons seuls, de préférence avec notre Bible ouverte devant nous. Alors, si nous le voulons, nous pouvons nous approcher de Dieu et commencer à l'entendre nous parler dans nos cœurs. Je pense que pour la personne moyenne, la progression sera quelque chose comme ça : D'abord un bruit comme celui d’une présence qui marche dans le jardin. Puis une voix plus intelligible, mais encore loin d'être claire. Ensuite le moment heureux où l'Esprit commence à illuminer les Écritures, et ce qui n'avait été qu'une voix, devient maintenant un mot intelligible, chaud et intime et clair comme le mot d'un ami cher. Alors viendra la vie et la lumière, et le meilleur de tous, la capacité de voir, de se reposer, et d'embrasser Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur.

 

La Bible ne sera jamais un livre vivant jusqu'à ce que nous soyons convaincus que Dieu en soit l’auteur. Passer d'un monde mort, impersonnel à une Bible dogmatique, c'est trop pour la plupart des gens. Ils peuvent admettre qu'ils devraient accepter la Bible comme la Parole de Dieu, et ils peuvent essayer d'y penser comme tel, mais ils trouvent qu'il est impossible de croire que les mots qui y sont sur la page sont réellement pour eux. Un homme peut dire : « Ces paroles me sont adressées », et cependant, dans son cœur, ne pas rien ressentir. Il est victime d'une psychologie divisée. Il essaie de penser que Dieu est muet partout ailleurs et ne parle que dans un livre.

 

Je crois qu'une grande partie de notre incrédulité religieuse est due à une mauvaise conception et un mauvais sentiment pour les Écritures de la Vérité.
Un Dieu silencieux a soudainement commencé à parler dans un livre et quand le livre a été fini est retombé dans le silence pour toujours. Maintenant, nous lisons le livre comme l'enregistrement de ce que Dieu avait dit. Avec des notions comme ça dans nos têtes, comment pouvons-nous croire ? Les faits sont que Dieu n'est pas silencieux, n'a jamais été silencieux.

C'est la nature de Dieu de parler. La deuxième personne de la Sainte Trinité est appelée la Parole. La Bible est le résultat inévitable du discours continu de Dieu. C'est la déclaration infaillible de Son esprit pour nous, mis dans un langage qui nous est familiers.
Je pense qu'un nouveau monde surgira des brumes religieuses lorsque nous approcherons notre Bible avec l'idée que ce n'est pas seulement un livre qui a été autrefois prononcé, mais un livre qui parle maintenant. Les prophètes disaient : « Ainsi parle le Seigneur ». Ils voulaient dire à leurs auditeurs de comprendre que Dieu parle dans le présent continu.

Nous pouvons utiliser correctement le passé pour indiquer qu'à un certain moment une certaine parole de Dieu a été prononcée, mais une parole de Dieu parlée continue d'être prononcée, comme un enfant né une fois continue d'être vivant, ou un monde créé une fois continue d’exister.

Et ce ne sont que des illustrations imparfaites, car les enfants meurent et les mondes s'éteignent, mais la Parole de notre Dieu demeure éternellement. Si vous voulez continuer à connaître le Seigneur, allez ouvrir immédiatement votre la Bible, et attendez-vous à ce qu'il vous parle. N’allez pas avec l'idée que c'est une chose que vous pouvez vivre à votre convenance. C'est plus qu'une chose, c'est une voix, un mot, la Parole même du Dieu vivant.

 

Prière

Seigneur, enseigne-moi à écouter. Les temps sont bruyants et mes oreilles sont fatiguées des mille sons rauques qui les assaillent continuellement. Donne-moi l'esprit du jeune Samuel : « Parle, car ton serviteur écoute ». Laisse-moi t'entendre parler dans mon cœur. Laisse-moi m'habituer au son de ta voix, que ta voix puisse m’être familière, que les bruits de la terre disparaissent, et que le seul son soit la musique de ta voix parlante. Amen

 

 


 


 

 

 

 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


Web Traffic

0.png0.png1.png9.png0.png1.png6.png2.png7.png
AUJOURD'HUI101
HIER276
CETTE SEMAINE377
CE MOIS4455
TOTAL cumulé avec bible-foi.org - depuis 20101901627

Visiteurs en ligne

11
En ligne

15 juin 2021
Web Traffic