Suivez nous

bible ouvertefr

➽ Notre plateforme de messages audio/vidéo

➽ échanges, questions réponses ,  recherches

Comme Christ. L'élu de Dieu (11). En faisant la volonté de Dieu (12).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'élu de Dieu (11).

« Prédestinés à être conformes à l'image de son Fils afin qu'il soit le premier-né entre plusieurs frères (Romains 8 : 29) ». L'Écriture nous parle d'une élection individuelle. Cette doctrine de l'élection ne résulte pas seulement de quelques textes isolés, mais de l'ensemble de ce qu'elle nous dit quant aux conseils de l'éternité qui s'accomplissent ici-bas dans le temps. Elle fait dépendre tout l'avenir du royaume de Dieu de la fidélité de quelque individu à remplir son mandat ici-bas. Aussi la seule garantie de l'exécution du dessein de Dieu repose sur la prédestination de l'individu. Ce n'est que dans la prédestination que l'histoire du monde, aussi bien que celle du royaume de Dieu et de chaque croyant, trouve une base assurée.

Il y a des chrétiens qui ne peuvent pas admettre ceci. Ils craignent tellement de porter atteinte à la responsabilité de l'homme qu'ils rejettent la doctrine de la prédestination divine comme privant l'homme de sa liberté de volonté et d'action. L’Ecriture ne partage pas cette crainte-là. Tantôt elle parle de la libre volonté de l'homme, comme s'il n'y avait pas d'élection, tantôt elle parle de l'élection, comme s'il n'était pas question de libre volonté.

Nous voyons par-là que nous devons admettre l'une et l'autre de ces deux vérités, alors même que nous ne pouvons pas les comprendre, ni les mettre d'accord. C'est à la lumière de l'éternité que nous sera donnée la solution du problème. En attendant, celui qui les recevra toutes deux avec foi, ne tardera pas à reconnaître qu'elles ne se contredisent point. Il verra que plus sa foi croira au dessein éternel de Dieu, plus il en recevra de force et de zèle pour le travail ; il verra aussi que plus il travaillera et sera béni dans son travail, plus il lui deviendra évident que tout vient de Dieu et concourt à l'accomplissement de son plan.

C'est pour cela qu'il est si important pour le croyant de « travailler à affermir son élection ». L'Écriture nous assure « qu'en faisant cela, nous ne broncherons jamais (2 Pierre 1 : 10) ». En effet, plus je crois que je suis élu de Dieu, et que je le suis, non seulement en général, mais parce que de cette élection dépend chaque détail de ce qu'il m'appelle à faire, plus aussi je me sens fortifié par la conviction que Dieu lui-même perfectionnera son œuvre en moi, et qu'ainsi il me sera possible de faire tout ce qu'il attend de moi. Pour chaque devoir que m'impose l’Écriture, pour chaque promesse dont je désire l'accomplissement, je recourrai au dessein de Dieu sur lequel se fondera mon attente et qui me donnera aussi la mesure de ce que je dois attendre. Je comprendrai que ma vie sur la terre doit être la fidèle reproduction du plan de ma vie que le Père a tracé dans le ciel, indiquant là ce que je dois être ici-bas.

Chrétien, affermissez votre vocation et votre élection. Voyez clairement que Dieu vous a élu d'avance, et dans quel but vous êtes élu. « En faisant cela, vous ne broncherez jamais ». Votre confiante adhésion au dessein irrévocable de Dieu vous communiquera une ferme assurance qui vous gardera de broncher.

Voici en quels termes l'Ecriture parle du dessein de Dieu en ce qui nous concerne : « Prédestinés à être conformes à l'image de son Fils ». Jésus-Christ, homme, est l'élu de Dieu. En lui commence et finit l'élection : « En lui nous sommes élus ». C'est pour que nous fussions unis à lui et pour sa gloire que nous avons été élus.

Le croyant qui ne cherche dans son élection que l'assurance de son propre salut, qu'à être affranchi de toute crainte et incertitude, n'en sait encore que peu de chose. Le but de notre élection est de nous ouvrir tous les trésors qui nous sont promis en Christ et de pourvoir à chaque détail, à chaque besoin de notre vie. Nous avons été « élus en lui avant la fondation du monde, afin que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui par la charité (Éphésiens 1 : 4) ». Ce n'est que lorsque l'Eglise saisira bien le rapport qui existe entre l'élection et la sanctification, que la doctrine de l'élection répandra toutes ses grâces (2 Thessaloniciens 2 : 13 ; 1 Pierre 1 : 2).

Elle enseigne au croyant que c'est Dieu qui doit et qui veut tout faire en lui ; elle lui enseigne qu'il peut s'en remettre jusque dans les moindres détails au dessein irrévocable de Dieu, pour accomplir lui-même en son enfant tout ce qu'il attend de lui. À cette lumière-là, cette parole : « Prédestinés à être conformes à l'image de son Fils », fortifie d'une force nouvelle chacun de ceux qui ont déjà commencé à prendre pour règle de ce qu'ils doivent être, ce que Christ est lui-même.

 

Chrétien, si vous voulez réellement être comme Christ, attachez-vous à la certitude que Dieu le veut aussi, que tout le plan de la rédemption a pour but de vous rendre tel, et que le dessein de Dieu vous est une garantie du succès de vos efforts. À côté de votre nom, dans le livre de vie, se trouvent aussi ces mots ; « Prédestiné à être conforme à l'image de son Fils ». Toute la puissance divine, qui a déjà accompli la première partie du dessein éternel en révélant la parfaite ressemblance du Père dans la personne de Jésus-Christ homme, est pareillement engagée à en accomplir la seconde partie, en opérant cette même ressemblance dans chacun des enfants de Dieu.

 

Dans l'œuvre de Christ se trouve tout ce qu'il faut pour accomplir cette seconde partie du dessein de Dieu, aussi est-ce notre union avec Christ qui fait ici notre force. Nous pouvons compter sur cette force-là comme certaine, comme nous étant destinée de Dieu, et nous la recevrons aussitôt que nous nous livrerons à son influence. Dieu ne nous a-t-il pas élus pour être conformes à l'image de son Fils ?

 

Il est facile de comprendre toute l'influence qu'exerce cette vérité dès qu'elle prend vie dans l'esprit. Elle nous enseigne à nous abandonner à la Volonté Éternelle, pour qu'elle accomplisse elle-même par nous l'œuvre que Dieu attend de nous. Elle nous montre aussi toute l'insuffisance et l'inutilité de nos propres efforts, car tout ce qui est de Dieu doit être fait par Lui. Lui qui est le commencement doit aussi être le milieu et la fin. La foi se fortifie étonnamment, elle prend une sainte hardiesse quand on se glorifie en Dieu seul, quand on attend de Dieu lui-même l'accomplissement de toute promesse, de tout commandement, de tout ce qui rentre dans son dessein et sa volonté sainte.

Croyant ! Prenez le temps de vous assimiler cette vérité, demandant à Dieu de la faire pénétrer en vous, pour qu'elle agisse avec puissance dans votre âme. Que le Saint-Esprit grave au plus intime de votre être que vous êtes « prédestiné à être conforme à l'image de son Fils ». Le but du Père était la gloire de son Fils, il voulait « qu'il fût le premier né entre plusieurs frères (Romains 8 : 29) ». Que votre but aussi, le but de toute votre vie, soit d'être l'image de votre frère aîné, afin qu'en vous voyant, vos frères en Christ soient stimulés à le rechercher lui directement, à le louer lui seul, et à le suivre de plus près.

Soit par votre vie, soit par vos prières, tendez toujours à ce « que Christ soit glorifié dans votre corps (Philippiens 1 : 20) ». Vous en recevrez une confiance nouvelle pour demander et attendre tout ce qu'il vous faut pour vivre comme Christ. Votre conformité avec Christ contribuera à accomplir le dessein éternel du Père, qui est de glorifier le Fils.

Par là même, elle vous paraîtra si sainte et si divine, que vous saurez bien ne pouvoir la tenir que du Père, et que, venant de lui, elle vous est assurée. Ce que le dessein de Dieu a arrêté, la puissance de Dieu l'accomplit ; ce que l'amour de Dieu a décidé, l'amour de Dieu le réalise. Une foi vivante au dessein éternel de Dieu vous sera donc une force majeure pour vous inciter à vivre comme Christ.

 

Prière.

O toi que je ne puis comprendre, je me prosterne devant toi avec la plus profonde humilité. Quelle force déjà m'avait donné la certitude que ton Fils m'avait choisi pour m'envoyer dans le monde comme toi tu l'as envoyé ! Mais à présent tu me fais monter plus haut encore en me révélant que ma mission, celle d'être tel que Jésus a été dans le monde, a été décrétée par toi dès l'éternité. O mon Dieu ! Mon âme se prosterne dans la poussière devant toi.

Seigneur Dieu, à présent que ton enfant vient à toi pour réclamer l'accomplissement de ton propre dessein, il ose attendre avec confiance que tu l'exauceras. Ta volonté est plus forte que n'importe quel obstacle. La foi qui se confie en toi ne sera point confuse. Seigneur, avec un saint respect, avec adoration, aussi bien qu'avec la confiance d'un enfant, je t'adresse cette prière : Père, accorde-moi le désir de mon âme, rends-moi conforme à l'image de ton Fils. Mon Père, devenir semblable à Jésus, voilà ce que mon âme désire et te demande.

O mon Père, inscris dans ton livre de mémoires, inscris aussi dans ma propre mémoire, que je te demande ici ce que je désire par-dessus tout : Devenir conforme à l'image de ton Fils.

Père, c'est pour cela même que tu m'as élu; tu me le donneras donc à ta gloire et à celle de ton Fils. Amen.

 

 

 

En faisant la volonté de Dieu (12).

« Car je suis descendu du ciel pour faire non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé (Jean 6 : 38 ; 5 : 30) ». La volonté de Dieu nous manifeste la plus haute expression de sa perfection divine, aussi bien que la suprême énergie de sa Toute-Puissance. C'est à la volonté de Dieu que la création doit son existence et sa beauté, et dans toute la nature s'accomplit chaque jour encore la volonté de Dieu. Dans le ciel, les anges prennent plaisir à faire la volonté de Dieu ; sur la terre, l'homme fut créé libre pour qu'il pût de son libre choix faire aussi la volonté de Dieu.

Mais, hélas ! Trompé par le diable, l'homme commit le grand péché de faire sa propre volonté plutôt que celle de Dieu, oui, sa propre volonté plutôt que la volonté de Dieu ! Voilà l'origine et la culpabilité du péché. Jésus-Christ s'est fait homme pour nous ramener au bonheur de faire la volonté de Dieu.

Le grand but de la rédemption est de nous affranchir, nous et notre volonté, de la puissance du péché, pour nous ramener à vivre selon la volonté de Dieu. Jésus lui-même, pendant sa vie terrestre, nous a montré ce que c'est que de vivre uniquement pour faire la volonté de Dieu ; puis, par sa mort et sa résurrection, il nous a acquis la force de vivre selon Dieu et de faire sa volonté comme il l'avait faite lui-même.

« Voici, je viens, ô Dieu, pour faire ta volonté ! (Hébreux 10 : 7 ; Psaumes 40 : 9) ». Ces paroles prophétiques que le Saint-Esprit mit dans la bouche d'un serviteur de Dieu longtemps avant la naissance de Christ, donnent la clef de sa vie sur la terre. À Nazareth, dans l'atelier du charpentier, au Jourdain avec Jean-Baptiste, dans le désert avec Satan, en public au milieu des multitudes, dans sa vie, dans sa mort, c'est toujours ce qui l'a inspiré, guidé et satisfait. C'est en lui et par lui que devait s'accomplir la divine volonté du Père.

Ne pensons pas qu'il ne lui en coûtât rien. Souvent il répétait : « Non pas ma volonté, mais la volonté du Père », pour nous faire comprendre qu'il y avait réellement là un renoncement à sa propre volonté. C'est à Gethsémané que le sacrifice de sa propre volonté atteint son plus haut degré, mais ce dernier acte de soumission n'est que le résumé de ce qui avait rendu toute sa vie agréable au Père. Ce qui constitue le péché pour l'homme, ce n'est pas d'avoir comme créature une volonté différente de celle du Créateur, mais c'est de tenir à sa propre volonté quand il la voit contraire à celle du Créateur. Comme homme, Jésus avait une volonté humaine ; il avait, bien que sans péché, les désirs naturels à la nature humaine.

Comme homme, il ne savait pas toujours d'avance quelle était la volonté de Dieu. Il devait attendre que Dieu la lui enseignât. Mais, dès qu'elle lui était connue, il était toujours prêt à abandonner sa propre volonté pour faire celle du Père. C'est là ce qui faisait la valeur du sacrifice. Une fois pour toutes, il avait renoncé à lui-même, pour n'avoir plus en vue que la volonté de Dieu, toujours prêt, même à Gethsémané et au Calvaire, à faire uniquement cette volonté-là.

 

C'est cette même vie d'obéissance de notre Seigneur Jésus dans sa chair que le Saint-Esprit nous communique. Par sa mort, notre Seigneur a expié notre volonté propre et notre désobéissance. Par elle, il a effacé devant Dieu le péché de notre volonté propre et il en a brisé la force en nous. À sa résurrection, il est sorti d'entre les morts avec une vie qui avait dompté et détruit toute volonté propre. Aussi le croyant qui sait quelle puissance lui est acquise par la mort et la résurrection de Jésus, peut à son tour s'abandonner entièrement à la volonté de Dieu. Il sait que l'appel à suivre Christ lui impose le devoir de se servir des mots mêmes de son Maître pour formuler, lui aussi, ce vœu solennel : « Je ne cherche point ma volonté, mais la volonté du Père ».

 

Pour en venir là, il faut commencer par se placer au point de vue de notre Seigneur, par considérer la volonté de Dieu comme embrassant toutes choses, et comme la seule chose que nous ayons à faire sur la terre. Voyez le soleil et la lune, les arbres et les fleurs ; voyez de quel éclat brille chacun d'eux précisément parce qu'ils font tous la volonté de Dieu.

 

 

Ils la font, eux, sans le savoir, tandis que vous, vous pouvez la faire avec plus de gloire encore, puisque ce sera en le sachant, et le voulant. Que votre cœur se pénètre de la gloire que confère la volonté de Dieu à ses enfants, à vous-même ; n'hésitez pas à dire que votre seul but est de servir aussi à l'accomplissement de cette volonté. Donnez-vous, consacrez-vous au Père, faites-le souvent et d'une manière précise. Comme Jésus, tenez pour un point réglé que vous avez à faire la volonté de Dieu ici-bas. Dans vos réflexions et vos méditations, répétez-vous souvent d'un cœur joyeux et confiant : Dieu soit loué ! Moi aussi je puis vivre uniquement pour faire la volonté de Dieu !

Qu'aucune crainte ne vous retienne ! Ne pensez pas que la volonté de Dieu soit si difficile à accomplir. Elle ne paraît difficile que tant qu'on la regarde de loin et sans vouloir s'y soumettre. Voyez encore de quel éclat elle revêt la nature. Demandez-vous s'il serait bien de vous défier de Dieu sachant qu'il vous aime et vous bénit comme son enfant. La volonté de Dieu est la volonté de son amour ; comment craindriez-vous de vous livrer à elle ?

« Je viens, ô Dieu, pour faire ta volonté ». Voilà ce qu'avait pu dire, avant la naissance de Christ, un croyant de l'Ancien Testament, le disant par le Saint-Esprit, soit de lui-même, soit de Christ. Plus tard, Christ a relevé cette parole, lui donnant nouvelle vie et nouvelle puissance ; et maintenant il attend de ses rachetés que de tout leur cœur ils cherchent, eux aussi, à faire la volonté de Dieu. Faisons-le donc ; et, pour cela, ne nous en tenons pas à essayer seulement si, dans telle ou telle circonstance, nous réussirons à faire la volonté de Dieu, espérant partir de là pour obtenir ensuite une consécration plus entière et pouvoir dire enfin : « Je viens, ô Dieu ! pour faire ta volonté ». Non, ce n'est pas là le bon moyen.

Reconnaissons d'abord que la volonté de Dieu s'étend à tout, qu'elle embrasse et comprend toutes choses, puis reconnaissons aussi les droits qu'elle a sur nous, ainsi que le bonheur et la gloire qu'elle nous promet. Abandonnons-nous à elle comme à Dieu lui-même, faisant d'elle un des principaux articles de notre credo : Je suis dans ce monde, comme Christ, uniquement pour faire la volonté du Père.

Cette reddition de notre propre volonté nous apprendra à accepter avec joie tout commandement de Dieu, tout ce qu'il mettra sur notre chemin, comme venant directement de la volonté à laquelle nous nous sommes déjà soumis. Par-là, nous pourrons compter et sur la direction et sur la force de Dieu, car l'homme qui vit uniquement pour faire la volonté de Dieu peut être certain que Dieu se charge de lui. Par-là, nous reconnaîtrons mieux notre entière incapacité, nous discernerons toujours mieux aussi notre union et notre conformité avec le Fils bien-aimé du Père, et nous recueillerons les grâces qu'il nous a préparées. Rien ne nous rapprochera mieux de Dieu, rien ne nous unira mieux à Christ.

 

Enfant de Dieu ! L'obéissance doit caractériser notre conformité avec Christ, l'obéissance implicite à la volonté de Dieu tout entière. Qu'elle soit donc le signe distinctif de ta vie. Commence par vouloir de tout ton cœur garder chacun des commandements de la sainte Parole de Dieu. Puis, accède à tout ce que ta conscience te dira être bon et bien, même lorsque la Parole ne te le commande pas directement.

Par-là, tu monteras plus haut encore, car c'est l'obéissance aux commandements, et à la voix de la conscience aussitôt qu'elle parle, qui te préparera à écouter les enseignements de l'Esprit, et celui-ci te fera mieux pénétrer le sens de la Parole, te donnera une vue plus claire de la volonté de Dieu à ton égard.

C'est à ceux qui lui obéissent que Dieu envoie le Saint-Esprit, et par lui la volonté de Dieu leur devient « une lumière resplendissante qui augmente d'éclat sur leur sentier (Proverbe 4 : 18) » - « Si quelqu'un honore Dieu et fait sa volonté ? Il l'exauce (Jean 9 : 81) ». Sainte volonté de Dieu ! Bienheureuse obéissance à la volonté de Dieu ! Oh ! que ne savons-nous voir là notre plus précieux trésor !

 

Prière.

O mon Dieu, je te rends grâce du don merveilleux que tu nous as fait de ton Fils. Il s'est fait homme pour nous enseigner comment l'homme peut faire ta volonté. Je te rends grâce de ce que tu m'appelles à être comme lui en ceci aussi, pour jouir avec lui des bénédictions d'une vie parfaitement d'accord avec la volonté sainte. Je te rends grâce de la force que tu m'as donnée en Christ pour accepter et pour faire toute ta volonté. Je te rends grâce de ce qu'ainsi je puis ressembler par mon obéissance à ton Fils bien-aimé.

Et maintenant je viens à toi, ô mon Père, pour répondre à l'appel que tu m'adresses et je le fais avec une confiance d'enfant, joyeuse et pleine d'amour. Seigneur, je voudrais vivre entièrement, uniquement pour faire ta volonté. Je voudrais garder ta Parole et compter sur tort Esprit. Je voudrais, comme ton Fils, vivre en communion avec toi par la prière, dans la ferme confiance que, de jour en jour, tu me feras connaître plus clairement ta volonté.

O mon Père, veuille exaucer ce désir ; grave-le à jamais dans mon cœur et mon esprit. Fais-moi la grâce de pouvoir dire continuellement et avec joie : Non pas ma volonté, mais la volonté de mon Père. Je ne suis ici-bas que pour faire la volonté de mon Dieu. Amen.

 

 

 

 

 

 


 

livre glossaire

 

 

Livre : « Comme Christ ».

ok   Vous pouvez télécharger le livre en fichier PDF et EPUB ici !

 

 

 


 

 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


En partenariat avec Jerome Prékel du site : https://lesarment.com

INFORMATIONS
-----------

ACTUALITES CHRETIENNES