Édification Chrétienne

Les podcasts de bible-Foi
Suivez nous

 

 

 

 

Il n'y a qu'un seul antidote pour la chair - la crucifixion, la mort à soi-même, pour prendre sa croix quotidiennement et suivre le Maître (Matthieu 10:38, Luc 9:23).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Possédés par le Saint-Esprit

En janvier de la première année du nouveau millénaire, Samuel, alors âgé de quatre-vingt-sept ans, a partagé une fois de plus son souci que chaque étudiant et croyant se livre sans condition au Seigneur et donne la permission au Saint-Esprit de prendre pleinement possession d'eux. « Nous avons pensé à des cas, lors de réunions récentes, où l'Esprit de Dieu a pris possession de gens ordinaires », a prêché Samuel.

« Nous avons pensé en particulier à l'exemple de Gédéon. À cette époque, Israël était opprimé et Gédéon se considérait comme la personne la plus ordinaire du pays, mais quand le Saint-Esprit est venu sur lui, l'a habité et en a fait un vêtement, il n'était pas ordinaire. A partir de ce moment, il a su qu'il avait été nommé chef de cette nation et que la victoire était inévitable ». Samuel essayait de faire passer un message clair : L'Esprit Saint a transformé une nation par un jeune homme qui s'est livré à l'Esprit.

Il pourrait faire la même chose avec nous aujourd'hui si nous payions le même prix (Juges 6 : 8).
Lorsque Jésus a été baptisé par Jean, l'Esprit de Dieu est venu sur lui. « Pourquoi l'Esprit devait-il descendre sur la deuxième personne de la Trinité ? demanda Samuel. « Il était tout-puissant ! Il était suffisant pour toute éventualité ! Si Jésus avait besoin de l'Esprit Saint, combien plus nous !

 

Samuel voulait que les étudiants réalisent que s'ils abandonnaient eux aussi entièrement leur vie à Dieu, ils pourraient être poussés par l'Esprit dans le désert de l'épreuve comme leur Seigneur (Luc 4. 1 : 14), mais que lorsqu'ils en sortiraient, ils marcheraient dans la puissance de l'Esprit ! Il y a une grande différence entre prétendre avoir le pouvoir et exercer ce pouvoir !

Les héros de l'Ancien Testament avaient besoin du Saint-Esprit et Jésus était conduit par l'Esprit. Qu'en est-il des apôtres ? Il suffit de penser à Pierre, le rocher avant qu'il ne soit possédé par l'Esprit. Pendant l'épreuve du Seigneur, Pierre s'est mis en pièces.

Cependant, à la Pentecôte, l'Esprit Saint est venu sur lui et il a parlé comme un autre homme. « Était-ce le vieux Pierre ? » demanda Samuel. « Non. C'était le nouveau Pierre transformé. L'Esprit Saint avait pris possession de lui et c'est la voix de l'Esprit Saint qui parlait ce jour-là. Pas la voix de l'homme. »

Après que les apôtres aient abandonné leur vie au Saint-Esprit, il est devenu leur Maître et leur Guide, comme Jésus l'avait dit (Jean 14 : 26). Le Saint-Esprit a ensuite utilisé les apôtres comme canaux pour atteindre le monde avec l'Évangile. « C'est Pierre qui a été utilisé par l'Esprit pour ouvrir la porte de la foi aux Juifs le jour de la Pentecôte », indique Samuel, « et quelques années plus tard, c'est lui qui a contribué à ouvrir la porte de la foi aux païens, grâce à sa mission auprès de Corneille ». Pierre a dû rejeter sa propre culture, afin d'obéir inconditionnellement au Saint-Esprit et de se rendre chez Corneille (Actes 10). « Le Saint-Esprit a dit à Pierre qu'il devait accompagner ces gens sans aucun interrogatoire, et il l'a fait », a déclaré Samuel. L'Esprit Saint était le missionnaire ! Pierre était le corps - un récipient vide du Saint-Esprit. « A cette époque aussi, Saul de Tarse avait été converti », prêchait Samuel. Le Seigneur avait envoyé Saul à Ananias pour qu'il retrouve la vue et soit « rempli du Saint-Esprit ». Ce sont là les mots importants », a-t-il indiqué.


« Nous connaissons la façon dont l'Esprit a conduit Saul. Si un comité avait été chargé de Saul, il l'aurait renvoyé à Jérusalem pour être instruit et éclairé par les apôtres sur place, mais il n'a rien fait de tel. Après avoir passé quelque temps à Damas, Paul se rendit dans les déserts d'Arabie. Il n'y avait pas d'êtres humains pour l'aider et l'instruire dans la foi », observe Samuel. « Il y est resté pendant des années. Qui était son professeur ? La troisième personne de la Trinité ». Samuel le dit sévèrement puis le répète solennellement une fois de plus : « La Troisième Personne de la Trinité ! Les dix années qui suivirent furent sans aucun doute une période d'entraînement intense par l'Esprit. L'Évangile que Paul a proclamé dans le monde païen a été reçu par révélation (Galates 1:12). Il ne l'avait pas reçu des apôtres, mais du Christ lui-même, par le ministère du Saint-Esprit».
Les étudiants étaient assis, tranquillement émerveillés, les yeux rivés sur Samuel. Beaucoup ont reconnu qu'une onction spéciale reposait sur lui, car cet homme âgé partageait avec lui une passion exubérante atypique.

« Qui avait formé Paul ? Les êtres humains », demanda Samuel. « Non ! Mais la troisième personne de la Trinité. Il est étonnant qu'il ait été si fort dans la présentation de l'Évangile », remarqua Samuel. « S'il l'avait reçu d'un être humain, peut-être aurait-il hésité comme certains des autres. Mais il a été ferme. Le Saint-Esprit lui avait tout révélé ». « Examinons attentivement les paroles suivantes du témoignage de Paul dans Romains 15 : 19. Par des signes et des prodiges puissants, par la puissance de l'Esprit de Dieu, en sorte que de Jérusalem et des environs jusqu'en Illyrie, j'ai pleinement prêché l'Évangile du Christ.

« S'inspirant de son expérience de voyage, Samuel a fait la remarque suivante. « Cette vaste région, qui comprend certaines des provinces les plus importantes et les plus peuplées de l'Empire, a été évangélisée uniquement par l'apôtre Paul et quelques compagnons ! Était-ce l'œuvre de l'homme ? » Révérencieusement, il répondit : « C'était l'œuvre de la Troisième Personne de la Trinité. Elle n'aurait jamais pu être accomplie autrement. Ces vastes provinces avaient été évangélisées en une dizaine d'années ! C'était l'œuvre de Dieu, l'œuvre de l'Esprit de Dieu. Est-il étonnant que le Saint-Esprit ait gardé l'homme pendant toutes ces années en Sa présence, avec très peu d'activité extérieure ? Il le préparait pour ce très grand ministère ».


« Chaque fois que nous lisons ces passages, nous sommes convaincus », dit-il. « Nous ne suivrons les traces des apôtres que si nous avons reçu le Saint-Esprit et avons été pleinement possédés par Lui, comme ce fut le cas pour Paul ». Nous avons passé deux mille ans à essayer d'accomplir dans le monde entier ce que les apôtres ont fait dans l'Empire romain en quelques décennies. Ils ont atteint le monde romain en s'abandonnant au Saint-Esprit et en suivant ses directives, mais avons-nous encore confiance dans la chair ? Avons-nous encore des plans, des stratégies et des idées qui trouvent leur origine dans l'intellect humain ?


Le Saint-Esprit n'est pas une influence, mais la troisième personne de la Trinité.

Il est Dieu. « Le Seigneur a parlé du Saint-Esprit en tant que Personne», a dit Samuel. « Pas dans un sens vague. Il n'a pas dit « ça », non... quand IL viendra ». Le Saint-Esprit a un esprit, une volonté et des émotions (1 Corinthiens 12 : 11 ; Éphésiens 4: 30 ; 1 Thessaloniciens 5 : 19). Le Saint-Esprit veut appeler des apôtres, des évangélistes, des prophètes, des enseignants, des pasteurs, des missionnaires et des intercesseurs. Il n'est pas seulement celui qui donne, mais aussi celui qui envoie : « Or le Saint-Esprit dit : « Séparez-moi Barnabé et Saul pour l'œuvre à laquelle je les ai appelés (Actes 13 : 2) ». Dans l'Église primitive, c'est l'Esprit Saint qui choisissait les gens et les envoyait sur le champ de mission ! Ils étaient féconds parce que l'Esprit Saint était l'évangéliste ! Ils étaient des vases vides.

Les chrétiens sont toujours en danger de devancer la volonté de Dieu, surtout ceux qui ont été appelés à le servir. Nous avons peut-être été appelés, mais si nous n'accueillons pas Dieu le Saint-Esprit dans notre vie et si nous ne demeurons pas en lui, nous courons devant lui et nous nous assignons à notre propre ministère. Si nous faisons cela, nous promouvrons sans le savoir « notre vision » et « notre mission ».

Par la grâce de Dieu, il peut bénir nos meilleurs efforts, mais ce sera toujours une œuvre de la chair, car des motifs cachés sont à l'œuvre. Paul a écrit à ce sujet : « Que rien ne soit fait par ambition égoïste ou par vanité (Philippiens 2 : 3) ».

 


Si nous ne connaissons pas le Saint-Esprit, nous aimerons la doctrine plus que la dévotion au Christ.

Nous aurons une dénomination, mais pas de dynamisme. Nous reconnaîtrons Dieu, mais nous ne le connaîtrons pas. Nous aimerons la Parole écrite, mais pas la Parole vivante, le Christ Lui-même : « Vous cherchez les Ecritures, car en elles vous croyez avoir la vie éternelle ; et ce sont elles qui rendent témoignage de moi, mais vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie (Jean 5. 39 : 40) ». De la même manière que Jésus-Christ a été rejeté par ceux qui prétendaient connaître Dieu, le Saint-Esprit est souvent rejeté dans l'Église (Jean 7:16, Apocalypse 3:9).

Le Saint-Esprit est fréquemment réglé sur le rôle d'observateur silencieux dans l'Église, mais l'Éternel, omnipotent et omniprésent, a été envoyé par le Père pour nous enseigner toutes choses et nous conduire dans toute la vérité (Psaume 139. 7 : 10 ; Luc 1 : 35 ; Actes 20 : 28 ; Hébreux 9 : 14 ; 1 Jean 2 : 27). Le Saint-Esprit est éternel et doit avoir la suprématie dans l'Église pour glorifier le Christ Jésus, car il veut habiter, intercéder, distribuer des dons, aimer et guider les croyants (Romains 8 : 26 ; 1 Corinthiens 12. 8 : 11 ; Éphésiens 6 : 18 ; Hébreux 9 : 14).

Cependant, l'Esprit ne force pas son entrée dans la vie de quelqu'un, il doit être invité et son leadership doit être accepté. Comme l'a dit le Dr. Priddy, « Le Saint-Esprit est sensible et doux comme une colombe ». L'Esprit de Dieu glorifiera toujours Jésus. « De qui l'Esprit Saint a-t-il parlé à la Pentecôte ? » a demandé Samuel.
« Sur le Christ, et non sur lui-même ». Le désir du Saint-Esprit est de glorifier l'Intercesseur, le Seigneur Jésus (Jean 15 : 26).

Le Christ a appelé le Saint-Esprit « l'Esprit de Vérité » et Jésus a clarifié le rôle du Saint-Esprit dans son enseignement (Jean 16. 7 : 15). La Trinité travaille en toute unité et c'est le Saint-Esprit qui a ressuscité Jésus des morts (Romains 8 : 11 ; Éphésiens 1. 17 : 20). Nous avons accès au Père par l'Esprit Saint et le signe que nous sommes fils de Dieu est que nous sommes « conduits par l'Esprit de Dieu (Romains 8:14) ». Car par lui, nous avons tous deux accès au Père par un seul Esprit (Éphésiens 2 : 18).

Samuel a averti le Collège que s'ils ont jamais essayé de se familiariser avec le Saint-Esprit, c'est parce qu'ils ne l'ont jamais vraiment rencontré en tant que Dieu. « Une chose que vous savez, chers amis, c'est qu'on ne peut jamais se familiariser avec Lui. Ce sont les tendances modernes, mais elles ne sont pas bibliques. Étudiez la Parole de Dieu et trouvez-la ainsi. Il est aussi saint aujourd'hui et pur, et majestueux qu'autrefois. »


Moïse marchait avec Dieu, et Pierre, Jacques et Jean voyaient Jésus tous les jours, mais ils avaient tous des rencontres avec Dieu au sommet des montagnes qui les faisaient trembler de révérence. Sur cette base, nous pouvons nous demander : avons-nous jamais eu peur en sa sainte présence ? Si ce n'est pas le cas, avons-nous jamais été vraiment en sa présence ? (Proverbes 1 : 7 ; Proverbes 9 : 10).

Lorsque nous sommes baptisés dans l'Esprit, nous sommes présentés à la Personne du Saint-Esprit. Mais beaucoup se contentent de ne jamais dépasser cette introduction et d'apprendre à connaître la voix, la direction et les voies de l'Esprit. Apprendre à entendre l'Esprit Saint commence par la perception du moment où il est affligé et par la réponse à apporter pour changer nos habitudes. Si nous fermons notre cœur pour entendre quand il dit « Non », nous ne l'entendrons jamais dire « Oui ».

Si nous répondons à sa réprimande et à sa correction, il honorera notre obéissance par des directives claires. Certains peuvent croire que le Saint-Esprit donne des directives heure par heure, mais Samuel a constaté que le Seigneur s'est occupé de lui au fil du temps, lui donnant l'espace nécessaire pour réfléchir à Ses paroles et grandir en caractère. Le Saint-Esprit peut nous parler en de nombreuses occasions, mais les grands objectifs de la vie d'une personne sont dépassés au fil du temps. Pour Samuel, cela s'est souvent fait sur des années ou des décennies.

Satan joue toujours le petit tour de confiance. Il nous offre les désirs de notre cœur charnel et si nous y répondons, il nous prend tout (Luc 4. 5 : 8). Discerner la voix du Saint-Esprit peut prendre du temps, car l'intercesseur apprend à connaître les voies du Seigneur, ainsi que ses directives.
En attendant, il y a trois « directions » qui peuvent nous influencer :
1. Les pensées humaines.
2. Les pensées divines.
3. Pensées démoniaques.


Les pensées humaines sont celles produites par les bonnes idées de l'homme. Les pensées divines sont les directives que le Saint-Esprit place dans notre esprit, par une parole directe, une Écriture, une prophétie ou une idée inspirée. Les pensées démoniaques sont celles qui sont inspirées et souvent contrôlées par Satan. Les directives négatives, critiques et même fausses comme Satan viennent comme un ange de lumière pour tromper et profiter des croyants (2 Corinthiens 11 : 14). Ces idées d'êtres sombres et démoniaques sont « parachutées » dans l'esprit des chrétiens pour les rabaisser, eux et leur foi, ou pour les conduire à un faux pas de foi, ce qui entraîne le rejet et le doute de la fidélité de Dieu. Il faut du temps pour distinguer ces trois influences, mais la Bible affirme que la paix de Dieu doit être notre guide pour discerner Sa volonté (Colossiens 3 : 15).

Au fil des décennies, lorsqu'une année d'études au BCW s'est achevée, le Dr Priddy a également mis en garde les étudiants contre le fait de ne jamais avoir confiance en eux-mêmes, mais de se fier uniquement à la direction du Saint-Esprit, pour les guider dans la volonté parfaite du Seigneur. « Si vous avez le sentiment qu'en raison de ma formation et de mes dons, je crois que je vais être capable de faire face au ministère qui m'attend, alors je suis très triste pour vous », a prévenu le Dr Priddy. « Car si c'est ce que vous ressentez, alors vous ne ferez jamais que ce qu'un homme peut faire dans son propre état naturel. Le domaine du possible est le domaine de l'homme naturel ».

Dans ce scénario, « Vous pouvez faire ce que vos dons et votre formation ont rendu possible, mais les choses de Dieu qui comptent pour Son Royaume éternel sont du domaine de l'impossible et l'homme naturel ne peut rien faire dans ce domaine. Paul a témoigné qu'il avait une grande éducation, un haut standing et une grande autorité en tant que Pharisien, mais qu'il avait appris à « n'avoir aucune confiance dans la chair (Philippiens 3:1-10) ».

 

« L'indépendance est fausse », a déclaré Norman Grubb au Collège. « Vous pensez être indépendant, mais vous n'êtes pas vraiment indépendant ; vous êtes dans la puissance de l'esprit de la chair et vous ne le savez pas.

 

Ces messages aux étudiants ont toujours été un défi : si nous prétendons servir le Dieu de l'impossible, pourquoi tout ce que nous prions et faisons dans le domaine de l'humain est-il possible ? Ce n'est que lorsque nous sortons du possible que nous entrons dans le royaume de Dieu. C'est le domaine où Moïse, Elie et Daniel ont exercé une influence par l'intercession. Pourquoi n'y entrons-nous pas ?

Samuel rappelait toujours aux gens que nous ne pouvons entrer dans le royaume de l'impossible qu'en suivant la direction de l'Esprit. Samuel voulait que tout le monde sache que nous ne sommes pas appelés à construire une œuvre pour Dieu ; nous sommes appelés à permettre au Saint-Esprit de construire son royaume à travers nous. Il n'a pas besoin de nos bonnes idées et intentions ; il a besoin de notre obéissance et de nos vases vides.

Samuel a réalisé que les messages sur l'abandon total au Seigneur sont désespérément nécessaires dans l'Église. Souvent, les congrégations ne cherchent que des sermons d'encouragement, et les ministres sont réticents à prêcher sur des Écritures qui les mettent au défi. Cependant, celles-ci ne nourrissent pas l'âme et l'esprit, ce qui produit un sentiment d'insatisfaction intérieure dans le cœur des croyants.

La chair est un trou noir dévorant. Elle crie sans cesse pour en avoir plus et quand elle obtient ce qu'elle veut, elle n'est pas heureuse. La chair ne sait pas ce dont l'esprit et l'âme ont besoin pour avoir la vraie paix et la vraie joie. La chair est obsédée par elle-même. Lorsqu'elle est constamment nourrie, elle entraîne l'âme dans un abîme sombre, ce qui conduit à l'autodestruction.

Il n'y a qu'un seul antidote pour la chair - la crucifixion, la mort à soi-même, pour prendre sa croix quotidiennement et suivre le Maître (Matthieu 10 : 38 ; Luc 9 : 23).

 

Référence : (A Life of Intercession), Samuel Rees Howells.

 

 

 

Commentaires   

Emmanuel BATWA Permalink 0 Emmanuel BATWA
Bonjour,
J'ai découvert ce site par l'entremise d'un beau-frère et je crois certainement que je serai béni richement à travers toutes les richesses divines que regorge ce site.
J'ai une préoccupation: comment puis-je arriver à télécharger des ouvrages?
02-04-2021 04:17 Répondre Répondre en citant Citer
Frédéric Permalink +1 Frédéric
Bonjour Emmanuel

Vous avez toutes les explications ici
https://www.bible-foi.com/distriebook/ebook-questions
Bonne lecture
02-04-2021 07:08 Répondre Répondre en citant Citer

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


calme 

Web Traffic

0.png0.png1.png9.png2.png6.png6.png3.png2.png
AUJOURD'HUI162
HIER326
CETTE SEMAINE488
CE MOIS6549
TOTAL cumulé avec bible-foi.org - depuis 20101926632

Visiteurs en ligne

4
En ligne

21 septembre 2021
Web Traffic