Édification Chrétienne

Les podcasts de bible-Foi
Suivez nous sur !

 

 

 

 

 

 

 

Charles Spurgeon

La Prière façonne l'histoire.
« Les réveils figurent parmi les droits privilégiés de l'Eglise... Un réveil signifie un pasteur avec un coeur brisé. Un réveil signifie une Eglise sur ses genoux confessant ses péchés - les péchés des individus et de l'Eglise - confessant les péchés de son temps et de la communauté. » - E.M. Bounds

E. M. Bounds naquit le 15 août 1835 et mourut le 24 août 1913. Il se peut que certains soient surpris par ce fait, pensant probablement que Bounds ait été un auteur contemporain, à cause de son style clair et direct. Jeune homme, E.M. Bounds exerçait dans le Droit avant de se sentir appelé au ministère. Il fut ordonné ministre méthodiste en 1859. E. M. Bounds travaillait aussi comme aumônier dans l'armée confédérale pendant la Guerre Civile.

Sur le champ il alla chercher une demi-douzaine d'hommes qui croyaient réellement dans la puissance de la prière. Tous les mardi soirs, ils se mettaient à genoux pour prier pour un réveil, pour eux-mêmes, pour l'Eglise et pour la ville. Pendant plus d'un an, ce groupe fidèle invoquait le Seigneur jusqu'à ce que Dieu réponde finalement par le feu. Le réveil est descendu sans qu'il y ait eu auparavant d'annonce ou de plan, et sans que le pasteur fasse venir un évangéliste pour l'aider.

Il devenait de plus en plus apparent que E. M. Bounds était doué pour construire et raviver l'Eglise. Ce prophète de la prière rendait souvent les prédicateurs mal à l'aise par son appel à la sainteté et ses attaques contre l'avidité pour l'argent, le prestige et le pouvoir. Son appel constant au réveil ennuyait ceux qui croyaient que l'Eglise était essentiellement saine...
Dieu lui donna un grand mandat dans la prière, ce qui requérait une intercession journalière. Il labourait dans la prière en vue de la sanctification des prédicateurs, le réveil de l'Eglise en Amérique du Nord et l'extension de la sainteté parmi les chrétiens professants. Il passait un minimum de trois à quatre heures par jour dans la prière fervente. Quelquefois, le vénérable mystique s'étendait sur le dos par terre et parlait à Dieu.

Par David Smithers


 

Les trsors de la foi

D’une façon ou d’une autre, la prière, en particulier pour les serviteurs, est tombée en désuétude ou a été sérieusement dépréciée. Il nous est arrivé d’entendre cette pratique mise en accusation, comme si cette nécessaire dépendance de Dieu était un scandale et devait rabaisser le ministère, l’empêcher d’être vraiment efficace. Il est évident que cela offense l’orgueil des diplômés et leur propre suffisance ; mais, si le service divin permet ces choses, il a besoin d’être scandalisé de la sorte. II est comme un navire en perdition, loin de tout secours. Pour le serviteur de Christ, la prière n’est pas simplement le devoir de sa profession, elle ne représente pas seulement un privilège, mais une nécessité.

L’air n’est pas plus indispensable aux poumons que la prière ne l’est au serviteur de Dieu. C’est pour lui une question de vie ou de mort. C’en est également une de prier pour lui. Ces deux propositions sont unies dans un mariage qui ne devrait jamais connaître de divorce : Le prédicateur doit prier, on doit prier pour le prédicateur. Satisfaire aux terribles responsabilités, et provoquer le plus réel succès de cette grande œuvre prend autant toutes les prières des responsables que toutes celles qui peuvent être faites à leur égard. Pour le vrai serviteur, immédiatement après la culture de son esprit et le fait de sa propre communion avec le Sauveur vivant, dans leur forme la plus intense, vient un grand besoin du soutien et de l’intercession du peuple de Dieu.

 

 

 

 

epub pdf  

 

 

PDF  Télécharger le fichier : Puissance-par-la-priere.pdf (922kb)
Téléchargé 1676 fois.

 

EPUB Télécharger le fichier : Puissance-par-la-priere.epub (211kb)
Téléchargé 1042 fois.

 

 © Reproduction  autorisée, pourvu qu’elle soit gratuite, et que les sources soient indiquées
Mise en page & publication www.bible-foi.com.


 

 

Les trsors de la foi

Il y a des moments où la prière commune est désirable, où nous nous réunissons avec les autres dans une communion pour chercher Dieu ensemble. Dans Actes, chapitre quatre, nous lisons au sujet de telles prières communes : « Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance » (v. 31).

Cependant, de telles prières communes, aussi merveilleuses qu’elles soient, ne peuvent prendre la place de ces moments où le prédicateur doit s’isoler pour passer du temps seul avec Dieu. Jésus a trouvé de telles prières nécessaires, et comme exemple, il a enseigné sa nécessité pour tous ceux qui le suivent dans le ministère public. Si nous échouons à ce point, nous échouerons dans l’œuvre pour laquelle Dieu nous a choisis : celle de prêcher sa Parole bénie.

Nos églises doivent devenir une fois de plus des églises qui prient. Il n’y a aucun moyen de devenir des églises puissantes dans le ministère et l’évangélisation si elles ne deviennent puissantes dans la prière. Avant que ceux qui occupent nos chaires ne soient reconnues comme des prédicateurs qui prient, il n’y a pas de chance que nos bancs soient remplis de saints qui prient.

 

 

 

 

epub pdf  

 

 

PDF  Télécharger le fichier : Priez-ensuite-prechez.pdf (484kb)
Téléchargé 90 fois.

 

EPUB Télécharger le fichier : Priez-ensuite-prechez.epub (708kb)
Téléchargé 34 fois.

 

 © Reproduction  autorisée, pourvu qu’elle soit gratuite, et que les sources soient indiquées
Mise en page & publication www.bible-foi.com.


 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


Découvrez également...