Suivez nous

bible ouvertefr

➽ Notre plateforme de messages audio/vidéo

➽ échanges, questions réponses ,  recherches

 

 

 

 

Les ruses de la chair pour éviter la Croix. La chair est prête aux ruses les plus subtiles pour éviter la mort de la Croix.

 

 

 

 

 

 

 

 

La chair connaît la victoire définitive que Christ a remportée à la Croix. Mais elle sait aussi que la plupart des Chrétiens sont dans l'incrédulité ou l'ignorance à ce sujet, et elle en profite !

« Je dis donc : Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair. Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez (Galates 5. 16 : 17) ».

La Bible confère à la chair des désirs mauvais et une volonté contraire à celle de l'Esprit (et de notre esprit régénéré). Tout se passe comme s'il y avait dans la chair une sorte de personnalité impure et mauvaise, animée par la mort et le péché. La chair désire, la chair lutte, la chair ne veut pas mourir, la chair veut continuer à vivre sa vie de péché. Elle profitera de toutes les failles du Chrétien.

 

 

Pour survivre, la chair va donc utiliser des ruses de plus en plus subtiles, à mesure que nous avançons dans notre marche spirituelle. D'ailleurs, nous ne pouvons pas, de nous-mêmes, discerner ces ruses. Il nous faut la lumière du Saint-Esprit et de la Parole, et une communion personnelle toujours plus profonde avec Jésus.

La ruse la plus subtile et la plus fréquente employée par la chair pour survivre consiste à nous faire croire qu'elle est toujours notre vrai « moi ». Si elle parvient à faire croire au Chrétien que son ancienne nature est toujours sa véritable nature, celle qu'il a toujours connue, le combat est gagné pour elle ! Combien de Chrétiens nous disent : « Mais c'est mon caractère ! C'est moi ! Je suis comme ça, je n'y peux rien ! Je prie que Dieu me change ! ». Quelle erreur ! Je leur réponds toujours : « Mais de quel « moi » tu parles ? ». Ils ont du mal à comprendre ma question, jusqu'à ce que je précise : « Parles-tu du vieux « moi », ou du nouveau « moi » ? ».

 

 

Il faut bien le comprendre : Notre ancien « moi » n'est plus notre nouveau « moi » en Christ ! Notre ancien « moi » est sous la malédiction du péché, depuis Adam et Ève. Malgré tout notre attachement à notre ancienne personnalité, Dieu l'a jugée et condamnée à mort en Christ ! Voulons-nous continuer à nous attacher à un cadavre ? Voulons-nous tenter de marcher par l'esprit, alors que nous conservons vivante celle qui est l'ennemi le plus féroce de l'esprit, la chair ?

Combien de Chrétiens ai-je entendu dire : « Je sens que je suis sous une malédiction ! Je l'ai brisée au nom de Jésus, mais je ne vois rien changer ! ». La réponse est simple : La seule malédiction qui nous guette, c'est celle qui résulte de la marche par la chair. Toutes les autres malédictions sont inclues dans celle-là ! Mais elles sont toutes brisées quand nous passons de l'autre côté de la Croix pour marcher par l'esprit !

Il faut bien discerner cette ruse fondamentale de la chair : Nous faire croire qu'elle est toujours « nous ». Bien-aimés, tout ce qui vient de la chair, chez un Chrétien né de nouveau, vient de quelque chose ou de quelqu'un d'entièrement étranger à la vie de Dieu ! Autant s'en débarrasser le plus vite possible, par l'action de la Croix !

Il ne doit plus rien rester de « notre caractère » ancien dans notre nouvelle nature, qui doit exprimer le caractère de Christ. C'est quelque chose de très difficile à accepter pour la plupart des Chrétiens. Nous aimerions tant conserver quelque chose de « nous-mêmes », sans réaliser que ce « nous-mêmes » n'est plus pour Dieu celui auquel nous pensons, et qu'il a été mis à mort !

 

Apprendre à marcher par l'esprit devient plus facile quand nous apprenons d'abord à considérer notre ancien « moi » comme un étranger et un ennemi, qu'il nous faut repérer et neutraliser à tout prix. Je dois savoir que mon vieux « moi » n'est plus « moi » ! Je dois discerner que toute œuvre de la chair qui essaye de se manifester en moi ne vient pas de ma nature profonde ou de mon caractère, mais du « vieil homme » qui tente désespérément de survivre dans mon corps. Je dois prendre mes distances spirituelles, en sachant par la foi qui « je » suis véritablement en Christ, une nouvelle création en esprit. « Toutes choses anciennes sont passées, toutes choses sont devenues nouvelles » !

 

 

« Ecoutez la parole de l'Eternel, chefs de Sodome ! Prête l'oreille à la loi de notre Dieu, peuple de Gomorrhe ! Qu'ai-je affaire de la multitude de vos sacrifices ? dit l'Eternel. Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des veaux ; je ne prends point plaisir au sang des taureaux, des brebis et des boucs. Quand vous venez vous présenter devant moi, qui vous demande de souiller mes parvis ? Cessez d'apporter de vaines offrandes : J'ai en horreur l'encens, les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées ; je ne puis voir le crime s'associer aux solennités. Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes ; elles me sont à charge ; je suis las de les supporter.

Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux ; quand vous multipliez les prières, je n'écoute pas : Vos mains sont pleines de sang. Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de devant mes yeux la méchanceté de vos actions ; cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, protégez l'opprimé ; faites droit à l'orphelin, défendez la veuve. Venez et plaidons ! Dit l'Eternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; s'ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. Si vous avez de la bonne volonté et si vous êtes dociles, vous mangerez les meilleures productions du pays ; mais si vous résistez et si vous êtes rebelles, vous serez dévorés par le glaive, car la bouche de l'Eternel a parlé (Ésaïe 1. 10 : 20) ».

Le peuple auquel s'adressait l'Eternel était apparemment un peuple très religieux. Il pensait sans doute sincèrement plaire à Dieu en respectant scrupuleusement toutes les fêtes et solennités de la loi. Mais il ne semblait pas se douter que l'Eternel haïssait au plus haut point toutes ces activités religieuses hypocrites, parce l'impureté de la chair s'y mêlait.

Certes, le peuple de l'ancienne alliance ne pouvait pas marcher par l'esprit, comme nous pouvons le faire aujourd'hui. Mais il pouvait se repentir de ses mauvaises œuvres, et implorer la grâce de Dieu. Dieu a toujours été un Dieu de grâce dans l'Ancien Testament, et Il a su imputer Sa justice à ceux qui, par la repentance et la foi, comme Abraham, imploraient Sa grâce et demeuraient intègres dans la fidélité.

Le Chrétien charnel peut recevoir la grâce de Dieu, s'il reconnaît son impuissance à marcher par l'esprit par ses propres forces. Il recevra la lumière de Dieu pour éclairer son chemin. Mais s'il refuse de voir le problème que veut lui montrer le Saint-Esprit, s'il refuse de se repentir, il va rester sous la puissance de la chair. Le fait de simuler la vie chrétienne n'y changera rien. Le Seigneur attendra qu'il soit au fond d'une impasse salutaire et qu'il crie à Lui. Mais que de temps perdu pourrait être évité, si les enfants de Dieu prenaient conscience de la nécessité d'apprendre à marcher par l'esprit dès le début de la vie chrétienne, et si les conducteurs du troupeau acceptaient de s'intéresser à cette priorité des priorités !

Toutes les ruses de la chair pour rester en vie ne sont efficaces que pour deux raisons simples : L'incrédulité ou l'ignorance du peuple de Dieu. C'est la connaissance de la vérité qui affranchit, et le Fils de Dieu est venu pour nous affranchir, pour que nous soyons véritablement libres de marcher par l'esprit sans aucune entrave !

 

Nous pouvons donc comprendre l'importance extrême de la prière dans ce domaine. Non pas, nous l'avons vu, pour être débarrassé de la chair, mais pour que nos yeux s'ouvrent au fait que Jésus nous en a déjà débarrassé ! Méditons un moment les prières qui étaient celles du grand apôtre Paul, de celui qui, le premier, a reçu une complète révélation de la Croix, et faisons nôtres ses prières :

« Seigneur, Dieu de mon Seigneur Jésus-Christ, Père de gloire, donne-moi un esprit de sagesse et de révélation, dans ta connaissance, et illumine les yeux de mon cœur, pour que je sache quelle est l'espérance qui s'attache à ton appel, quelle est la richesse de la gloire de ton héritage que tu réserves aux saints, et quelle est, envers moi qui crois, l'infinie grandeur de ta puissance… ! (Éphésiens 1. 17 : 18) ».

Cet héritage glorieux est représenté par le don de Christ venant habiter en nous par Son Esprit, et par une pleine marche par l'esprit, à l'image de notre Seigneur.

« Seigneur, que mon amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence pour le discernement des choses les meilleures, afin que je sois pur et irréprochable pour le jour de Christ, rempli du fruit de justice qui est par Jésus-Christ, à Ta gloire et à Ta louange ! (Philippiens 1. 9 : 11) ».

 

 

Peut-on être pur et irréprochable en dehors de la marche par l'esprit ?

 

« Seigneur, je ne cesse de te prier et de te demander que je sois rempli de la connaissance de ta volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d'une manière digne de Toi et T'être entièrement agréable, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres, et croissant par ta connaissance, fortifié à tous égards par Ta puissance glorieuse, en sorte que je sois toujours et avec joie persévérant et patient ! (Colossiens 1. 9 : 11) ». C'est une parfaite description de la marche par l'esprit !

 

« Seigneur, enrichis-moi d'une pleine intelligence pour connaître Ton mystère et celui de Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science ! (Colossiens 2 : 2) ».

 

Ce mystère est celui de la marche par l'esprit, et celui de Christ en nous. Mais Dieu veut nous révéler ce mystère, en nous enrichissant d'une pleine intelligence spirituelle.

 

Comprenez-vous, bien-aimés, quelle est la volonté du Seigneur pour nous, exprimée dans ces prières inspirées de l'Esprit ? Il veut nous apprendre à marcher parfaitement par l'esprit, car Christ habite en nous par la foi ! Si Dieu le veut, quelle puissance peut L'empêcher de nous faire atteindre ce but, sinon notre ignorance ou notre incrédulité ? Notez le nombre de fois où Paul demande l'ouverture de notre intelligence spirituelle, pour que nous sachions ce que Christ a accompli pour nous, et que nous apprenions de Lui à le recevoir par la foi !

 

Si nous recevons la Parole de Dieu non comme une parole d'homme, mais ainsi qu'elle l'est véritablement, comme la parole de Dieu, elle agira en nous, si nous croyons (1 Thessaloniciens 2 : 13) ».

 

 

Avant de parler des aspects pratiques de la marche par l'esprit, il nous semble nécessaire d'approfondir un peu plus quelle doit être notre attitude vis-à-vis de l'âme et du corps, en ce qui concerne le processus de renouvellement auquel nous devons les soumettre, afin de pouvoir marcher par l'esprit. Nous devons aussi comprendre que l'homme spirituel n'est pas un être désincarné. Notre apprentissage concret auprès du Maître est un apprentissage constant à l'exercice de la foi, en nous appuyant sur Son Sang, sur Sa Parole, et sur Son Esprit.

A suivre...

 

Livre : « La marche par l'Esprit » - chapitre 13.
Vous pouvez télécharger le livre en fichier PDF et EPUB ici !




 © Reproduction gratuite autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que la source www.paroledevie.org soit indiquée.


 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


PENSEES - PARTAGEES - Twitter

En partenariat avec Jerome Prékel du site : https://lesarment.com

INFORMATIONS
-----------

ACTUALITES - CHRETIENNES